Bisaëlle

Une vie saine et tranquille, trop paisible pour être intéressante. Avec parfois des images de vaches.

09 août 2005

Ca tient à peu de choses

la femme de ménage est rentrée de vacances et les WC ainsi que l'évier du boulot reluisent. Ouf ! Il y a toujours de douteuses gouttes sous l'urinoir mais là, y'a rien à faire... Et je ne vais pas aux toilettes pieds nus.

Depuis ce matin, l'apprenti de 2ème année a pris ses fonctions à la place de la pétasse qui est partie en compta. Il a l'air bien glandeur mais un chouïa plus porté sur les chiffres que sa consoeur. Et il connait mieux les gens de la prod', ses homologues masculins qui font l'apprentissage de méca par exemple, ça facilitera les choses...

Hier, j'ai complètement pété un câble en rentrant du boulot mais finalement, ça ne valait pas le coup.

Surtout qu'hurler ça fait mal à la gorge mais bon, Did' a passé les bornes, de pas beaucoup, mais un peu trop. Alors voilà, je rentre toute contente de le retrouver comme je l'écrivais, je vais enfin préparer mon fil et une aiguille pour lui réparer son bouton qui avait laché (on va dire que mon chéri n'est pas doué pour les travaux manuels, parce que c'est vraiment simple, un bouton, mais passons) et avec l'intention de faire ensuite un peu de repassage.

Alors ce putain de bouton a commencé par mettre en pratique ses cours de chute libre et a disparu. Nota bene, j'avais tout bien installé pour ne pas louper une miette des CM d'athlé... Quand Did' est arrivé, je faisais de la brasse sur le tapis, essayant de distinguer mon projectile sur le sol, zigzagant du regard entre les moutons et les miettes (y'a de quoi nourrir pas mal de gens chez nous...). Vachement doué le bouton (Elle et Maurice), il tentait une sortie par la porte-fenêtre quand je l'ai localisé. Avec interlude bisoutage du héros qui avait fait les courses. Qu'il a fallu aider à ranger les courses. Qui a de nouveau acheté un kg de fromage à raclette "en promo". Que ça m'a donné envie vu qu'il faisait froid. Alors j'ai sorti les patates. Mais y'en avait une pourrie dedans, ce qui a dégoûté mon chéri qui est quand même un peu précieux, il faut le dire. S'ensuit une anicroche sur la mangeabilité du reste mais le prince au petit pois a du me donner raison, c'était pas "tout pourri dégueu"... Je les lave quand même. On se prend la tête pour le compost, c'est vrai que le seau pue vu qu'on le descend que toutes les trois semaines et que l'on peut aisément imaginer combien de fois on est allé aux toilettes en 3 sem et donc combien la nourriture peut se décomposer vite et sentir la merde, même sans l'aide des sucs gastriques... Hum.

Je retourne à son bouton, très très énervée par la mauvaise fois et la mauvaise volonté dont le machin fait preuve. Et voilà-t'y pas qu'il me lance: "et les pommes de terre, elles vont cuire toute seule?"

Ca faisait un peu trop. J'ai crié très très fort. Et il ne l'a pas ramené (enfin, il a essayé, mais je crie plus fort). Et j'ai fini le bouton, fait cuire les pommes de terre, il s'est fâché au téléphone avec sa maman, j'ai repassé quelques trucs, il a mis la table, on a pouffé un bon coup, il a rappelé sa mère pour s'excuser et au bout d'un quart d'heure et un 100m pas gagné par Aaron (il adoooore quand les français perdent), c'était une histoire enterrée. Parce que j'avais raison sur toute la ligne. Et que je pouvais lacher prise... ma conscience pour moi.

La raclette était un peu lourde mais on n'en a pas mangé des masses.

Posté par Bisaelle à 16:20 - Au boulot ! - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Super histoire ta soiree!

    Moi aussi je suis scotche devant les CM d'athletisme, j'adore .

    Posté par Genorb, 09 août 2005 à 22:24

Poster un commentaire